État des lieux sans concession


Le 11 février 1975, quand le colonel Richard Ratsimandrava est assassiné par les intellectuels gasy qui soutiennent un jeune capitaine de frégate, ambitieux et imbu de lui même, Madagascar fait face à son deuxième coup d’état.
En effet, le colonel Ratsimandrava n’était que le deuxième pantin du Quai d’Orsay après Philibert Tsiranana, quand les français voulaient essayer de récupérer l’échec dû au mouvement populaire des nègres malgaches en 1972.Valiny an-tsary ho an'ny esclave

Il s’en suit le plus grand espoir de l’histoire de la nation gasy. Si objectivement, on doit reconnaitre que le Boky Mena reste à ce jour (à mon humble avis), un des programmes les plus visionnaires que notre nation ait connu, les centraliens, les saint cyriens et autres énarques de la nation, c’est à dire les premières têtes pensantes post coloniales gasy, se sont vautrés lamentablement dans sa mise en œuvre. L’incompétence et les limites intellectuelles du jeune capitaine de frégate à la tête du pays, malgré ses verbiages grandiloquents, n’on fait que renforcer l’échec.

Pendant ce temps, avec un brin de lucidité et une bonne dose de pragmatisme, nos cousins mauriciens font appel aux compétences des ressources de leurs anciens colonisateurs pour structurer leur économie et leur pays. On connait tous les conséquences et les résultats de ce choix.

Quand en 1982, José Bronfman, alors représentant de la Banque Mondiale, pèse de tout son poids pour que l’institution multilatérale finance une jeune paysan pour construire ex nihilo la première industrie laitière malagasy, il part de deux hypothèses :
– Le trickle down economy de la pensée économique libérale, à la suite de l’expérience des Chicago boys chiliens, est le chemin à suivre pour les gasy;
– Puisque que l’homme choisi est d’origine paysanne, il ne peut que comprendre l’utilité du tricke down economy pour les paysans.
C’était sans compté sur les dérives de la nature humaine. Se sentant élu des dieux, le paysan d’Imerikasinina n’en avait que faire des théories économiques de l’argentin et de son institution, il était là pour régner sans partage et réduire à l’asservissement le reste de la nation, puisque même les vazaha les plus puissants du monde reconnaissaient sa destinée invraisemblable comme étant l’Élu. Quelques années plus tard, alors président de la république suite à un autre putsch, il applique sa vision personnelle de la gestion d’un pays : Tout pour moi! Tellement sûr de sa personne, à la suite de l’annulation d’une partie de la dette gasy sur l’initiative PPTE, il ne trouve rien de mieux à faire que de racheter un deuxième avion présidentiel avec les deniers publics pour se la péter. On connait la suite: l’annulation de la collaboration des institutions de Bretton Woods avec Madagascar et un énième putsch pour enlever de sa place un ignare prétentieux en 2008.

Dernièrement, un prof d’université et expert comptable de surcroit, arrive par le plus grand des hasards à la tête de l’État. Le petit prof, gonflé par les stimulations hormonales de sa jeune épouse, se met alors à considérer le pays comme sa basse cour. L’histoire le retiendra comme ayant été le plus mauvais président que Madagascar ait connu après Zafy Albert, un autre professeur en médecine.

Ceci pour dire que ceux d’entre nous qui ont encore une mentalité de serviteur, et qui sont encore aujourd’hui à la recherche d’un dirigeant éclairé, le messie ou je ne sais trop quoi, sont en train de se fourrer le doigt dans l’œil jusqu’à se gratter leur prostate, comme dirait un de mes frères, encore plus effronté que moi.

Un dirigeant politique pour qu’il puisse agir dans l’intérêt de la nation doit être contrôler et surveiller. Et tant que nous ne sommes pas capable de comprendre cela, nous allons rester une nation d’esclave et ne méritons pas d’être traité autrement!

Galerie | Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s