Pourquoi les politiciens deviennent des « amnésiques » une fois en place?


De Tsiranana à Rajaonarimampianina, les dirigeants malagasy ont tous annoncé des projets et des programmes ambitieux et séduisants pour la Nation. Des visions qui nous ont fait rêvé. Malheureusement, l’histoire n’a fait que démontrer une triste constance : il y a une totale décohérence entre la parole et les actes de nos dirigeants. Et dans un pays de tradition orale comme Madagascar, cette constance a ramené la parole des politiciens à la valeur d’un pet sur une place de marché. Aujourd’hui, le développement des moyens d’information aidant, le président en place brille particulièrement concernant la distance entre « ses » discours et ses différents actes.
La première des réactions consiste naturellement à les traiter de fourbes, de traîtres et d’incompétents. Mais face à la constance du comportement, il est normal qu’on se pose la question sur les vraies raisons de fond qui pousseraient les dirigeants à agir ainsi.
Le présent post n’a pas l’ambition d’être scientifique puisqu’il s’agit d’un simple avis de blogueur avec toutes les libertés que cela procure. Il vous revient, lecteurs, donc d’en donner un sens (ou pas) à sa valeur.

De mon point de vue, cette décohérence de comportement des dirigeants ont trois sources:
– L’incompatibilité entre le mode d’élection et les objectifs paradigmatiques du système;
– La vétusté du système de contrôle de l’exécutif face à la grande expérience de l’administration à contourner les règles;
– L’incapacité intellectuelle des citoyens à faire face aux responsabilités qui leur sont octroyées dans un système démocratique;

L’incompatibilité entre le mode d’élection et les objectifs paradigmatiques du système. Pour ne pas être trop long on va le faire en mode télégraphique.
– Pour se faire élire aujourd’hui il faut avoir des sous. Les seuls qui peuvent se permettre d’investir dedans sont ceux qui ont de l’argent non contrôlé, autrement dit de l’argent sale ou frauduleusement acquis (je simplifie mais en gros c’est ça). Ainsi le système actuel pousse les politiciens à devenir dépendants des voleurs.
– On donne tous les pouvoirs aux président et au soi-disant représentants du peuple (députés et sénateurs) alors qu’on ne se donne aucun moyen efficient de les contrôler. Comme le système dépend des financements illicites, il est normal que ceux qui veulent s’affranchir de leur dépendance reproduisent les pratiques qui leur ont permis de réussir, une fois au pouvoir. Ainsi, le modèle frauduleux et corrompu s’auto-alimente sans que rien ni personne ne puisse s’interposer.
– Conceptuellement, il n’y a aucune relation entre le fait de savoir se faire élire et le fait de savoir gérer une fonction politique exécutif. Est-ce qu’on demande à un médecin de savoir conduire avant d’exercer son métier? Bien sur que non. Alors pourquoi on devient tous imbécile à ce point concernant la politique, la fonction sociétale, la plus importante?

La vétusté du système de contrôle de l’exécutif face à la grande expérience de l’administration à contourner les règles.
– Quand un éminent professeur de droit se retrouve à la tête de la HCC et qu’au lieu de contrôler l’exécutif il se met à le servir comme un vil suppôt pour contourner la loi, la messe est dite pour l’état de droit tel qu’il a été conçu jadis car l’homme public juste aujourd’hui n’est plus qu’un mythe.
– La technologie aujourd’hui permet de mettre en oeuvre des notions comme la démocratie directe, le pouvoir de contrôle et d’arbitrage directement entre les mains des citoyens… Donc il nous revient de les exiger car ceux qui règnent sans partage sur le système vicié qu’ils maîtrisent, ne voudront nullement le changer.
– La loi de finance est le document principal concernant les projets d’utilisation de l’argent public. Les députés qui sont sensés le contrôler ne comprennent pas et ne lisent même pas le document, et l’organisme en charge du contrôle qu’est la cour des comptes, est en retard de …. 6 ans!!!! Imaginez quelqu’un qui passe un examen pour un emploi, qui obtient le résultat dans 6 ans mais qui reste en fonction entre temps. Iza no donendrina anaiky izany? Isika gasy rehetra !

L’incapacité intellectuelle des citoyens à faire face aux responsabilités qui leur sont octroyées dans un système démocratique. L’homme citoyen malagasy n’est ni sage ni intelligent, puisqu’il accepte de se faire gouverner par des personnes qui ne vont pas agir dans leurs intérêts. Mais quelle en est la raison? On peut bien sur évoquer l’absence d’éducation et de culture citoyenne pour nos compatriotes qui n’ont pas eu la chance de bénéficier d’une telle formation. Mais qu’en est-il des autres, ceux qui ont pu faire des études? La raison principale est la paresse et la deuxième est la compromission.
Tant que le danger ne nous guette pas et ne met pas en danger directement notre bien être, on ferme les yeux sur tout ce qui se passe car on sait à qui s’adresser pour résoudre illicitement nos problèmes le cas échéant.

A regarder de près donc, la décadence de la pratique politique de nos politiciens est tout simplement l’image de notre propre égoïsme et de notre décadence morale.

Cet article, publié dans Politique, Socios, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s