Le devoir des intellectuels


Il y a 3 ans de ce-là, quand j’ai commencé à écrire sur ce blog, la motivation principale qui m’animait était le partage des idées. Un peu avec une prétention de pouvoir influencer le cours des choses aussi, mais essentiellement pour éprouver mes idées. Et puis, au fil du temps, je me suis rendu compte de certaines choses. D’abord, les idées que je couche sur ce blog ne sont pas une production ex-nihilo de ma matière grise mais tout simplement une interprétation de ce que j’apprécie ici et là. En suite, la plupart d’entre elles ne sont pas de nouvelles idées, mais tout simplement inaudibles à Madagascar et je me contente de faire la connexion entre les idées pour le mettre sur ce blog. Voici donc la dernière mouture. La semaine dernière, Rivo Rakotondrasanjy a lancé une discussion sur le rôle et la capacité des intellectuels face à la force brute et celle de la finance dans notre société. Ceci a réveillé un vieux repère chez moi : Gilles Deleuze! Rassurez-vous, je ne suis ni un sociologue ni un philosophe. La motivation qui m’a amené à lire cette auteur était tout autre : je voulais sortir avec une fille qui était en science po et il fallait donc trouver un sujet qui ne soit pas trop idiot pour l’aborder. Je suis alors allé à Beaubourg pour chercher ce qui était le plus facile à lire et référencé sous la cote « intellectuel ». 20 ans après, grâce à internet, du fin fond de ma case, Je vous ressors ici un extrait de l’article (il s’agissait en fait de la réponse de Deleuze dans un entretien avec Foucault pour le magazine L’Arc, no 49, Aix-en-Provence, mai 1972) … une théorie, c’est exactement comme une boîte à outils. Il faut que ça serve, il faut que ça fonctionne. Et pas pour soi-même. S’il n’y a pas des gens pour s’en servir, à commencer par le théoricien lui-même qui cesse alors d’être théoricien, c’est qu’elle ne vaut rien ou que le moment n’est pas venu. … C’est curieux que ce soit un auteur qui passe pour un pur intellectuel, Proust, qui l’ait dit si clairement : traitez mon livre comme une paire de lunettes dirigées sur le dehors, eh bien, si elles ne vous vont pas, prenez-en d’autres, trouvez vous-même votre appareil qui est forcément un appareil de combat. Notez la singularité de la construction d’une pensée : Foucault et Deleuze, des pontes de la pensée intellectuelle française sont dans ma petite tête connectée à un prétexte dont la finalité était à une expérience sexuelle. Sans mon attirance pour cette jolie fille, jamais je n’aurai su qui étaient ces messieurs. Si on aime la simplification on dirait, sans le cul j’aurai été con! Rassurez vous, par la suite, je les ai lu sans attendre des stimuli sexuels. Mais restons sur le rôle des intellectuels. Plusieurs années plus tard, Pierre Bourdieu (eh oui, je suis francophone de culture et j’aime ça!) a dit : « … Nombre de travaux historiques ont montré le rôle qu’ont joué les think tanks dans la production et l’imposition de l’idéologie néolibérale qui gouverne aujourd’hui le monde ; aux productions de ces think tanks conservateurs, groupements d’experts appointés par les puissants, nous devons opposer les productions de réseaux critiques, rassemblant des « intellectuels spécifiques » (au sens de Foucault) dans un véritable intellectuel collectif capable de définir lui-même les objets et les fins de sa réflexion et de son action, bref autonome. Cet intellectuel collectif peut et doit remplir d’abord des fonctions négatives, critiques, en travaillant à produire et à disséminer des instruments de défense contre la domination symbolique qui s’arme aujourd’hui, le plus souvent, de l’autorité de la science ; fort de la compétence et de l’autorité du collectif réuni, il peut soumettre le discours dominant à une critique logique qui s’en prend notamment au lexique (« mondialisation », « flexibilité », etc.), mais aussi à l’argumentation (…) ; il peut aussi le soumettre à une critique sociologique, qui prolonge la première, en mettant à jour les déterminants qui pèsent sur les producteurs du discours dominant (à commencer par les journalistes, économiques notamment) et sur leurs produits ; il peut enfin opposer une critique proprement scientifique à l’autorité à prétention scientifique des experts, surtout économiques. Mais il peut aussi remplir une fonction positive, en contribuant à un travail collectif d’invention politique. L’effondrement des régimes de type soviétique et l’affaiblissement des partis communistes dans la plupart des nations (…) ont libéré la pensée critique. Mais la doxa néolibérale a rempli toute la place laissée ainsi vacante et la pensée critique s’est réfugiée dans le « petit monde » académique, où elle s’enchante elle-même d’elle-même, sans être en mesure d’inquiéter qui que ce soit en quoi que ce soit. Toute la pensée politique critique est donc à reconstruire, et elle ne peut pas être l’œuvre d’un seul, maître à penser livré aux seules ressources de sa pensée singulière, ou porte-parole autorisé par un groupe ou une institution pour porter la parole supposée des gens sans parole. C’est là que l’intellectuel collectif peut jouer son rôle, irremplaçable, en contribuant à créer les conditions sociales d’une production collective d’utopies réalistes. (Pierre Bourdieu, Contre-Feux 2, Raisons d’agir, Paris, 2001.) Ni Deleuze ni Bourdieu ne sont des Dieux détenteurs de la vérité, mais ce qu’ils disent a du sens pour moi et ils définissent dans ces deux extraits, exactement ma conception du rôle que doit jouer les intellectuels : être inventif et créer des concepts opérationnels quand les idées ou les pratiques dominantes sont défaillantes. Ainsi il revient aux intellectuels de définir ce qu’il faut faire mais également le comment faire quand tous les repères et pratiques ont été pervertis la vénalité et l’imbécillité humaine.

Cet article, publié dans Socios, Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s