FPV pour quoi faire?


DJI Innovations

Le DJI Phantom 2 chinois, la star des FPV actuellement

Un First Person View est un drone commercial doté d’une caméra qui envoie l’image directement à  celui qui le pilote. Aujourd’hui des petits malins s’amusent à filmer les centrales nucléaires français sans que je comprenne vraiment quel est le but du jeu. Je comprends un peu mieux quand il s’agit de faire une présentation d’un site ou d’un événement nécessitant une vision large. Maintenant les versions commerciales standard ont 10 mn d’autonomie et 400 m de rayon d’action, autant dire pas grand chose, un jouet quoi!

Mais si vous rajoutez à cela un contrôle radio (pour le pilotage et pour l’image) de 1W chacun en UHF bi-bandes (2.4 et 5.2 Ghz) avec une batterie de lithium Polymère de 12.000 mAh, vous avez un joujou qui peut voler sur 5 km minimum, pendant quasiment 1 heure. Un tel engin n’existe pas sur le marché, mais n’importe quel bricoleur non manchot, avec du matériel existant sur le marché peut très bien se le fabriquer dans un garage. A fortiori des fabriquant comme Parrot ou DJI sur des commandes particulières. Le coût non optimisé d’un tel engin muni d’une caméra de 14 Mpix est inférieur à 3.000 USD. Pour la vision nocturne ou pour la détection de chaleur, on aura des versions avec une caméra thermique HD, qui ne coûte pas plus cher qu’une caméra numérique standard.

Parrot-Skycontroller_Yellow_Tablet

Le Parrot Skycontroller, une version commerciale capable de piloter un FPV jusqu’à 1 km sans aucune modification

Mais quel intérêt allez vous me dire?
1. Surveillance d’une forêt. Avec 4 gardes forestiers munis d’un tel outil, on peut couvrir une forêt de 20 km de côté soit 400 km² ou encore 40.000 Ha. Vous rajoutez des balises thermiques dans la forêt, alimentées par des PhV avec des émetteurs radios vers un central, et on peut savoir si un homme ou un singe bouge, si un feu est en train de démarrer, … et les drones permettent de suivre les faits en direct pour orienter une équipe d’intervention sur terrain.

2. Dans les zones rouges. En cas de de vol de zébu ou attaque par des dahalo, un émetteur GPS lance l’alerte (disons que c’est le chef du village ou un certain nombre de personnes « inconnus » du village qui peuvent donner l’alerte). Avec un quadrillage optimisé en fonction de la portée des drones et un moyen de locomotion adapté (quads, chevaux, 4×4, …) une équipe de 2 à 3 personnes peut pister très rapidement les malfaiteurs. Un Mi 35 (version rénovée du vieux hélico d’attaque Mi 24 russe qui a combattu les afghans) avec une bonne puissance de feu de quelques minigun des familles (en version 12.7mm à 4000 pruneaux/min)  suffirait pour finir le travail et ne pas faire de quartier. Une démonstration qui serait suffisant pour calmer les ardeurs des plus excités. Bon, c’est vrai que le Mi 35 armé, coûte 25 millions USD et que c’est une autre affaire, mais c’était mon petit fantasme du jour.

3. En cas de manif et risque de trouble public. Nos politiciens sont parfois des êtres primaires, incapables de comprendre que toute destruction de bien (surtout productif) est une perte collective. Si on identifie les meneurs de trouble et que quelques uns sont crucifiés sur la place publique (ou fortement sanctionnés par les lois en vigueur avec une communication adéquate si vous voulez), ça calmerait les Racl’ et les raclures qui le payent.

Je laisse votre imagination compléter la liste des possibilités d’un tel outil.

Galerie | Cet article, publié dans Techno, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s