Le piège de la démocratie et de la corruption


S’il y a un président qui a été mal élu dans le monde libre, celui qui a le nom le plus long parmi ceux qui sont en exercice est sûrement le premier. Non seulement, son élection a été entachée de fraudes reconnues par les autorités compétentes (la Cour Électorale Spéciale), mais en plus, il a zéro député. Malgré cela, il réussi le coup de force de renverser un président de l’assemblée majoritairement élu mais pas à son goût, et arrive à maintenir un gouvernement, qui ne satisfait personne, pas même sa propre équipe qui apprécie de plus en plus le goût du pouvoir. Voilà ce qui arrive quand des techniciens et des juristes travaillent UNIQUEMENT pour maintenir un pouvoir en place! En rajoutant cela à l’historique de notre pays, on n’a pas besoin de sortir de Stanford pour comprendre que :
1. La démocratie n’a STRICTEMENT rien à voir avec la compétence ni les performances des gouvernants;
2. Sans système de contrôle suffisant, un modèle de pouvoir, quel qu’il soit, est voué à la dérive.

Si quelqu’un doit comprendre cela, c’est bien un expert comptable entouré de juristes, mais passons puisqu’on n’a pas la même compréhension ni la même vision des choses. Nous, on a l’habitude de faire ce qu’on dit, alors qu’eux, se contentent de dire et copier ce que les autres veulent entendre.

Mais inversons la question maintenant : comment faire pour qu’une bande d’incompétents corrupteurs et corrompus, qui savent se maintenir en place avec une certaine forme apparente de légalité, deviennent assez performant pour développer de façon équitable le pays? Le début du premier mandat de Ravalomanana a donné un élément de réponse : faire travailler des compétences avec eux. On a eu un début de réponse en terme économique brute, mais cela n’a pas réussi à créer un développement équitable et encore moins à rester en place, quand la puissance corruptrice de la finance change de camp.
On est alors tenté de dire aussi que dans un premier temps, pour ne pas fragiliser le pouvoir en place et pour qu’il puisse travailler, il faut réduire la capacité de contestation de la population et des opposants. Le modèle de la Chine, de la Russie et plus près de nous du Rwanda et de l’Éthiopie pourrait laisser croire en la pertinence d’une telle remarque. Mais cela suppose que des laissés pour compte vont rester au bord de la route mort de faim, pour regarder les capitalistes développer l’économie.

Je prétends alors que la solution du Parti Malagasy Miara Miainga reste encore la proposition la plus pertinente pour répondre à la problématique : DÉCENTRALISER le plus rapidement possible les pouvoirs. On ne l’a pas inventer, mais nous sommes les SEULS à se battre réellement pour cela malgré tout ce que font nos actuels gouvernants auto-proclamés compétents pour le contrer. Ainsi, en simplifiant, le pouvoir central n’aura plus que les super structures inter-régionales à construire et tous les autres pouvoir iront aux régions. Pour vous donner une idée de l’efficience d’un tel modèle, essayons de le simuler sur la problématique de l’électricité aujourd’hui.

Si tout le monde est d’accord qu’il faut développer les mix des énergies renouvelables aujourd’hui, les gouvernants sous l’influence des pétroliers et du lobby des vendeurs de pétrolettes thermiques continuent, comme des imbéciles, à ne voir que le bout de leur nez et à raisonner thermique. Une totale ineptie technique et économique! Maintenant imaginez que chaque région serait en charge de résoudre son problème électrique sans subvention et que seules les centrales supérieures à 100 mégawatts (par exemple) relèveraient de la compétence des autorités centrales.
Dans un premier temps, puisque les régions seront obligés de faire avec les moyens du bord, à part les idiots, personne ne produira de l’électricité à perte et donc la concurrence entre le prix des producteurs va jouer et le secteur va s’assainir très rapidement sur le plan économique.
Comme il coûtera moins cher de corrompre un chef de régions qu’un président, ceux qui ont les moyens, construiront des centrales de 99 mégawatts pour se mettre sur le réseau interconnecté national, où la compétence est obligatoire sinon le réseau va griller comme un condamné sur une chaise électrique.
Quid de la concurrence alors me diriez-vous? Aujourd’hui, il suffit de graisser la patte à quelques pourritures au pouvoir et les rapiats vendeurs de centrales thermiques peuvent imposer leur service à des prix que même un Poutine ou un Kim Jung un n’oserait demandé! Sur un réseau ou vous allez avoir dix ou 20 opérateurs à peu près de la même taille, il sera très difficile de faire la même chose. La concurrence s’installera automatiquement et le prix sera très rapidement tiré vers le bas.
Et pour inciter la concurrence à produire un mix propre, il suffirait d’avoir une politique tarifaire : les EnR (énergies renouvelables) seront achetées au prix du marché tandis que le thermique sera acheté trois fois moins cher que le prix de l’EnR le plus bas. Je peux vous assurez que les Fraises, Enelec et autres capitalistes de service vont se mettre d’eux mêmes, à investir dans les EnR dans l’intérêt de tous.

Bien sur un tel modèle nécessite d’être affiné et éprouvé sur le terrain, mais je donne ma main à couper qu’il sera plus efficace que le monstre centralisé au main du ministère des finances actuellement.

Juste pour la gouverne de tout le monde, on appelle un ministre avec une telle vision un incompétent!

Ny diavola-kolava, ny kilalao mbola ho ela.

Galerie | Cet article, publié dans Développement, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s