Le complexe malagasy


Sont-ils les causes ou les conséquences de nos turpitudes? (source http://www.courrierinternational.com)

Je cherchais un mot pour définir les inextricables raisons qui font qu’après 4 ans, deux illuminés arrivent toujours à bloquer la vie de toute une nation. Ce mot est le complexe. Le CNTRL en donne la définition suivante pour la psychanalyse : Ensemble de représentations et de souvenirs à forte valeur affective, contradictoires, partiellement ou totalement inconscients, et qui conditionnent en partie le comportement d’un individu. Et en fait les deux zèbres sur lesquels je tape systématiquement sur ce blog, ne sont que le reflet du complexe de toute notre société.

Comment gérer la relation avec les vazaha? Dans l’inconscient de certains, un vazaha c’est le plus inculte des roturiers français, incapable de survivre dans son propre pays, qui vient nous envahir et qui se permet de toiser le malagasy parce qu’en 1895, ses ancêtres dont il ne sait strictement rien, ont réduit à l’état d’esclave, les plus nobles de nos aïeux. Pour d’autres, c’est celui qui dispose plus d’informations, et qui sait plus que nous tous, sur tout. Aujourd’hui, le vazaha est devenu mozambicain. Le problème est qu’il est inefficient. Et de temps en temps, les américains et les français, les « vrais vazaha de souche », qui sont tout aussi inefficients pour résoudre la crise, se permettent de dire ce qu’ils pensent. Alors chacun y va de sa propre conjecture concernant l’influence de Paris, de Washington, de Bruxelles, de la nécessité pour les malagasy de régler cela entre nous …. Et bien sur c’est très compliqué, ça ne va nulle part mais certains trouvent cela passionnant et profitable! La difficulté est telle que certains se demandent si ce n’est pas mieux de redevenir esclave de la France à nouveau. Chacun ses fantasmes.

Des merina, des andevo et des côtiers. Les merina, de part leurs origines asiatiques et leurs couleurs plus claires, sont plus cultivés et plus travailleurs que les côtiers descendants de nègres africains qui sont tous des paresseux et des voleurs. Quant aux andevo, descendants d’esclaves, ils le resteront à jamais. Sauf qu’aujourd’hui, le dirigeant de plus puissant pays du monde est un « bloody black nigger ».  Et toujours aujourd’hui, il est difficile de croire que le pillage organisé de la nation malagasy se fasse à l’insu des dirigeants, or le fait est que le premier responsable de la transition est un merina. Quant à la supériorité intellectuelle héritée génétiquement des uns sur les autres, j’ai une démonstration factuelle « très simple » à vous soumettre. Parmi les personnes que je fréquente, la plupart des côtiers sont plus diplômés que moi. Et comme j’ai atteint un niveau d’étude, supérieur à celui de la grande majorité des merina,  j’en déduis que les merina sont moins cultivés que les côtiers. Je vous laisse juger de l’absurdité des certaines affirmations dans ce qui vient d’être énoncé. Seulement, ce sont des constructions sur lesquelles se fondent encore beaucoup de nos concitoyens. Et bien sur on trouvera toujours un exemple pour alimenter ces théories car comme disait un ami « il faut bien démontrer aussi que les merina n’ont pas l’exclusivité de la fourberie et de l’intelligence dans la prédation ».

Ce rat qui a bouffé des OGM est mieux loti que la société malagasy

La destructuration du pouvoir et des références. Quand on apprend que des dirigeants ecclésiastiques sont des pédophiles ou vendent leur âme pour de viles raisons politiques, que les dirigeants politiques sont du même acabit que ceux qui sont enfermés dans la maison de force de Tsiafahy, et que les parents qui doivent être des modèles sont moins cultivés et plus ignorants que leurs progénitures ou que leurs références sont des concepts séculaires qui ont été mille fois réfutés, il est difficile de se construire une référence. Et il est encore plus difficile de se tracer une trajectoire et une vision du futur.

Le blocage actuel est donc assimilable à un état de métastase sociale : la société se développe n’importe comment dans tous les sens et les systèmes organisés ne sont plus fonctionnels. Mais ceci est bénéfique pour au moins une chose : soit le système actuel se rend compte qu’à un problème holistique, il faut faire des choix de traitements systémiques, soit il ne fait rien et il va mourir de sa belle bêtise. Donc dans tous les cas, ça ne durera plus très longtemps.

Cet article, publié dans Politique, Socios, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s