Éduquer gaspille les ressources publiques


Il y a de cela 11 ans la politique de la BM sur l’éducation à Madagascar était établie par le document “Éducation et formation à Madagascar” piloté par Mme Jee-Peng Tan. Ce document a écrit dans ses premières pages “…. un excédent de qualification, non seulement n’accélère pas le processus de croissance, mais il conduit inévitablement les plus formés au chômage et au sous-emploi, accroît leur insatisfaction et leur frustration, et ceci au prix d’un gaspillage des ressources publiques.” Comment peut-on écrire de pareille chose en étant saint d’esprit avec un PhD de Princeton? Se rend-t-elle compte de la violence et l’injustice de ses propos quand elle écrit ces mots en tant qu’experte de la BM?

Jee Peng Tan, la femme qui va créer le développement par l’interdiction des études supérieures à Madagascar.

Madame Tan est surment une experte très qualifiée aux yeux de la Banque Mondiale, mais lors de ce rapport, elle a écrit une des plus grosses conneries de sa vie et elle aurait mieux fait de se couper un bras le jour où elle a écrit ces mots car ils vont rester à jamais coller à son nom: Jee Peng Tan, la femme qui va créer le développement par l’interdiction des études supérieures à Madagascar.
Juste pour rappelle : les cinq pays qui composent les  BRICS ( le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et la South Africa)  ont tous axés leur développement sur l’éducation et la compétence de leurs citoyens et ils représentent aujourd’hui 61% de la croissance mondiale selon le FMI, autrement dit, c’est eux qui vont sortir le monde du merdier dans lequel le capitalisme libérale, adulé par le FMI et ses experts, nous a entraîné.

L’éducation a permis à ses pays d’avoir des compétences endogènes capables de comprendre et de proposer des solutions réalisables, là où les experts de Bretton Woods ne font que coller des solutions ineptes et totalement à la masse comme les plans d’ajustement structurel pour nous autres nègres incultes d’Afrique. Les experts de BW ne sont surement pas tous des adeptes de la pensée divine de madame Tan, mais ils ont tous « zappé » que l’économie est avant tout une science humaine avant d’être une science financière. Il est par conséquent primordiale, avant de proposer une quelconque solution, de comprendre ce que les gens peuvent vivre et comment ils réagissent dans un pays, avant d’entonner une théorie quelconque à partir d’un modèle qui n’a rien à voir avec les paramètres du pays.

Mr Human development

Amartya Sen, le prix nobel de l’économie en 1998 est indien. C’est l’homme qui a développé le concept du développement humain et qui a été repris par la suite pour créer le fameux HDR. Seulement, ses travaux ne s’arrêtent pas à un indicateur mais considère un paradigme différent du capitalisme libéral qui ne vénère que le PIB et le ROI. Je me demande de quoi il pourrait bien discuter avec madame Tan s’ils se rencontraient?

A Sen : « Sur quoi au fait vous basez votre affirmation sur l’éducation à Madagascar? »
JP Tan : « Les chiffres du FMI bien sur! »
A Sen : « Et comment êtes vous arrivez à cette conclusion? »
JP Tan : « Les chiffres du FMI bien sur! »
A Sen :« Oui mais, peut-être que vos chiffres sont biaisés? »
JP Tan : « Impossible, ce sont les chiffres du FMI ! »
A Sen :« Et pourtant l’éducation supérieure est un moteur de croissance dans plusieurs pays avancés ou dans les BRICS? »
JP Tan : « Impossible, les chiffres du FMI ne disent pas ça ! »
….

Et quand on n’a pas d’Amartya Sen dans les rangs de ses citoyens, et bien on fait comme les chinois, on met une batterie de compétences en place pour construire le plus grand barrage hydraulique au monde, ou un TGV chinois, ou pour mettre en place les industries et la politique économique qui font que la Chine est aujourd’hui la première puissance financière mondiale. Bien sur on va me dire qu’ils ont pris des licences et des compétences occidentales. Et alors? Au moins, ils ont pu piloter leurs propres projets et atteint leurs objectifs, qui sont autres choses que de construire un centre de fête pour un président DJ ou acheter un avion au triple de son prix pour satisfaire les fantasmes et la cupidité d’un laitier devenu président.

Galerie | Cet article, publié dans Développement, Socios, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s