Pourquoi la théorie économique ne peut être universelle?


Récemment lors d’une réunion je me suis insurgé contre le fait qu’on utilise inutilement le temps des étudiants en leur donnant des notions improductives (voir Apprendre des notions ou être opérationnel). En marge de la discussion, un ami me demandait alors si mon intervention n’était pas paradoxale surtout de la part de quelqu’un sensé avoir reçu une formation d’économiste.
Par respect pour le sujet principal du moment, j’ai dit par abus et pour faire court, que les théories économiques ne marchaient jamais et que j’allais en parler plus tard. Voici venu ce temps.

Primo, à la recherche de la reconnaissance de leurs pairs, certains savants de cette discipline voulaient transformer la science économique en « science dure » dans le sens où elle pouvait avoir une vérité universelle. Une telle vision est simpliste et primaire, et les colons sur terrain ont compris depuis longtemps les limites d’une telle posture lors des campagnes de colonisation occidentales. Malheureusement et bizarrement, elle est toujours à la base de certaines doctrines comme celle du FMI jusqu’à ce jour.
Si l’introduction des mathématiques dans l’économie ne peut être réfutée ne serait-ce que pour apporter une certaine rigueur dans le raisonnement, il est totalement fallacieux de prétendre, au niveau de la connaissance humaine actuelle, qu’une science puisse trouver une règle commune, pour deux sociétés différentes, face à un même stimulus économique. La raison est très simple : le malgache n’a pas la même culture et donc pas la même construction mentale que l’américain et les deux sociétés ont deux histoires donc deux fondements différents. Essayez de mettre dans un film malgache la traduction d’une expression « standard » des films d’action américains du genre « blast the head of that bloody mother fucker » et vous aurez une preuve de la différence de réaction entre les deux sociétés.
Une deuxième preuve de l’impossibilité d’un système économique universel est les défaillances à répétition et de plus en plus violentes du système financier mondial. Qui accepterait d’acheter une voiture dont le moteur vous exploserait à la figure de plus en plus souvent? C’est pourtant ce que les financiers de Wall Street et de la City nous font avaler depuis plus d’un siècle!

Secundo, toutes les lois doivent évoluer pour être plus précises et mieux interpréter la réalité. Personne ne peut concevoir aujourd’hui la physique newtonienne sans la physique relativiste et la physique quantique dans les deux extrêmes de notre dimension. Il en est de même pour les sciences relatives aux comportements humains. Si la pyramide de Maslow a été un bon outil d’analyse des motivations dans une première lecture, on connait les limites du modèle actuellement. Et pourtant au moment où j’écris ces lignes, un des indicateurs les plus utilisés au monde actuellement est l’indicateur de développement humain du Pnud basé sur devinez, quoi? La vielle pyramide croulante et dépassée de Maslow.
En quoi est ce grave? Si un indicateur ne reflète pas la dimension qu’on veut mesurer, ce qu’on mesure et la modification de ce qu’on fait, n’ont aucun sens. Si vous n’êtes pas convaincu, achetez une minute de pomme de terre la prochaine fois que vous iriez au marché, ou essayez de mesurer en mètre la consommation de riz des malgaches et vous comprendrez quel type de résultat on va obtenir.

Donc pour conclure, une théorie économique universelle c’est comme la potion magique d’Astérix, elle n’existe pas. Cela ne veut pas dire que des règles locales ne puissent pas exister. Ainsi pour comprendre les règles qui régissent une société, il faut commencer par le début : l’analyse des hommes concernés par les actions et les stimuli qu’on veut étudier et non l’inverse.

Galerie | Cet article, publié dans Socios, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Pourquoi la théorie économique ne peut être universelle?

  1. neil dit :

    A une exception pres: la competition d’ordre economique, elle, elle est…..universelle ou du moins globale. Pour y faire face, a moins de vivre en totale autarcie, il n’existe pas trente six mille maniere d’y faire face. Certaines methodes ont fait leurs preuves et continuent de constituer un « passage oblige » quelle que soit les « stimuli » et les « hommes ».

    • andrianjorar dit :

      Désolé pour le retard, suis en mode diesel, vieux modèle sans préchauffage en ce moment🙂
      Face à la concurrence économique, on peut toujours avoir des comportements différents : ne rien changer, produire plus, produire mieux, produire autres choses, ne plus produire, ne plus vendre, vendre ailleurs, se mettre à voler, saboter les autres,… On ne peut pas savoir comment vont réagir les gens de façon générale.
      La Chine communiste et répressive est devenue la première puissance financière mondiale alors que les savants occidentaux disaient (ils ne le font plus et pour cause) que sans la démocratie il ne peut y avoir de développement et de croissance économique. C’est de la compétition économique, n’est ce pas?
      Le marché financier était sensé être le paradigme parfait pour l’économie car les agents y sont « rationnels ». Le système se plante de plus en plus souvent. Pire que Windows de Microsoft. On est dans l’antre de l’économie de marché et de la concurrence économique ici.
      Après coup, on va te sortir des biais cognitifs, biais émotionnels, de rationalité restreinte,… les savants vont toujours te donner une explication de la situation avec leurs lois, mais s’ils n’ont pas pu prévoir l’occurrence du phénomène, c’est que leurs lois n’ont aucune capacité prédictive. Or cette capacité est justement une propriété essentielle d’une loi universelle.

  2. neil dit :

    Propriete essentielle d une loi universelle…?!
    Mais…ne pretendais tu donc pas que comme la potion magique, la dite loi universelle n existe pas? J ai peur de pas avoir bien saisi tu m en vois desole.

    Par ailleurs, avant d’etre financier, le paradigme par excellence etait le mecanisme de marche, ni plus ni moins…..sous pretexte qu au bout de la chaine, il permettrait l ideal d equilibre tant convoite (concept pour moi plus que flou et dont aucun indicateur ne saurait reellement quantifier voire meme qualifier)
    On devait absolument instaurer UN marche pour absolument tout…..mais aussi pour n importe quoi. On ne jurait que sur le marche, par le marche et rien que le marche.
    Force est pourtant de constater que le developpement spectaculaire des echanges commerciaux, l’essor economique de beaucoup de regions enclavees, du moyen age jusqu a l age industriel, le mecanisme de marche y a majoritairement contribue, certes avec ses imperfections. La seule variable etant la capacite d adaptation de tel ou tel pays au marche auquel il s attaque. En cela, c est de la pure competition economique (chacun affute ses atouts, ca va de soi).
    Ca n enleve en rien du fait qu’une economie ouverte (une economie de marche): condition necessaire, PAS suffisante est un passage oblige pour toute nation qui aspire a donner de la hauteur a son economie
    – On evoque la Chine, d accord, mais concretement, qu est ce qu elle a fait pour devenir le creancier n°1 actuel? Elle a engage son economie depuis quelques decennies deja sur l ouverture a l international……a sa maniere
    – N a t on jamais fait l eloge des performances de pays de l Europe du Nord pour le dynamisme de leurs economies mais egalement pour les progres sociaux qui sont les leurs?
    On l a tous fait mais quand on evoque des enseignes comme IKEA, Electrolux, SKF, H&M, Scania des enseignes, je corrige des multinationales hypercapitalistes venant de ces dits pays, ma question est la suivante: peut on toujours serieusement parler d economie autre que mercantiliste?
    – On peut prendre l exemple de Singapore, un petit pays de rien du tout dont on imagine pas forcement le poids que ca represente dans les echanges commerciaux au niveau mondial. Oui une autre economie ouverte, une autre economie capitaliste a sa maniere egalement
    Et la liste est longue dans cette partie de la planete le vietnam, la malaisie, l indonesie etc etc
    Tiens la Pologne aussi, un des rares pays de l Europe continentale dont le niveau de prosperite (en comparaison chiffree) n a rien a envie aux caids des BRIC.
    Le socle commun de ces pays n’appartenant pas aux categories des economies occidentales fortement endettees est le fait d etre fondamentalement des economies ouvertes et ultracapitalistes mais dont les mecanismes de redistribution de la richesse sont innovantes et adaptees aux exigences de la concurrence mondiale actuelle.

    Que les savants aient tort ou non sur leurs theories/lois respectives sur ZE paradigme, a la limite c est pas tres interessant pour nous, on n a jamais ete capable ni d articuler efficacement une vision pour l avenir, encore moins en amont de la definir.

    D ailleurs, pour l histoire des marches financiers et de leurs derives, une solution: interdire l acces du milieu aux ingenieurs!!! Que ceux ci se consacrent a l industrie « physique » et les banquiers et financiers de servir l economie physique par leur intermediation. Tout le monde en beneficierait.

    Mais bon, les savants sont devenus des donneurs/emmetteurs d ordre donc…….

  3. andrianjorar dit :

    C’est la théorie économique universelle que je contestais l’existence.
    Par contre, une loi est dite scientifique entre autre, quand elle est réfutable au sens de Popper et quand elle respecte le principe de causalité qui permet de faire des prédictions. Tout cela sera contesté (selon le principe de la réfutabilité) par la suite mais disons, que malgré tout, ça garde un sens. Donc, malgré Gödel et ses théorèmes d’incomplétude, le théorème de Pythagore ou la théorie de la relativité générale peuvent être considérés comme des lois universelles jusqu’à ce qu’on arrive à les réfuter.
    Maintenant je n’ai jamais dit que le marché était inutile. Par contre instaurer la loi du marché libéral comme la seule et unique loi pour régir le monde économique est une bêtise car la cupidité humaine n’a pas de limite. Bien sur je n’ai pas la réponse, sinon on m’aurait déjà proposé pour le prix nobel de l’économie je pense😉 Mais des notions comme l’équité, la justice sociale, l’appréhension de la richesse sociale,… doivent être considérées au même titre que la fameuse « rationalité » face à l’appât du gain. Et leur mise en oeuvre ne doit pas attendre la complétude de la théorie.

    Maintenant en ce qui nous (malgache) concerne, les agents économiques cupides sont déjà en place pour faire avancer le moteur. D’autres vont venir dès que la situation va se stabiliser. Ce qu’il faut, c’est de mettre en oeuvre le plus rapidement possible les règles pour contenir la dérive humaine qui sont déjà prévues par la loi ou qui déjà marchent ailleurs.

    Par contre j’ai pas compris ton histoire d’interdire la finance aux ingénieurs.

  4. neil dit :

    Interdire la finance aux ingénieurs pour la simple raison que la mathématisation à outrance de la chose a connu son apogee avec ces categories socioprofessionnelles. Et toutes les consequences heureuses/malheureuses qu on connait deja. Cupidite humaine on disait.
    A mon sens, le titre d ingenieur par nature amene a des fonctions dans l industrie ‘physique’ (tangible). La realite montre que ces diplomes choisissent d integrer le secteur de la finance pour ‘l appat du gain’ avant tout. Dotes de base scientifiques solides (en pratique), ils sont les plus a meme d elaborer des algorithmes capables (en theorie) d influer ou de deviner les cours de bourse dans l interet de leurs employeurs (et du leur).
    Quand on en arrive a ce stade, il n y a plus que l arme legislative qui permet de stopper l hemorragie. Nos politiques auront ils le courage et les tripes pour aller dans ce sens? c est pas gagne!

    Sinon, pardonne moi de defendre l indefendable mais le marche liberal est (jusqu a preuve du contraire, jusqu a contestation) le mecanisme qui conduit a la creation « materielle » de richesses qui satisfont les besoins les plus primaires de l homme selon Maslow. « Rehefa noana ny kibo mivezivezy ny fanahy » hoy ny fiteny zay. Ou encore  » Zay voky maharaka ny namany ». Je ne peux qu abonder dans ce sens. La richesse sociale requiert a mon sens un minimum de satiete des besoins les plus fondamentaux.

    Toute economie qui se veut prospere passe par la, en amont.

    La difference se fait, en aval, dans les mecanismes de redistribution des richesses. Et c est la ou les notions d equite, de justice sociale et tout ce qu on veut prennent tout leur sens. Mais dependent pour beaucoup de la culture et de l histoire commune d une societe donnee.

    Mais encore une fois: comment peut on redistribuer de la richesse (certes materielle) si on n est meme pas capable de la creer?
    Et la dessus il existe pas trente six mille theories ou lois pour la creer cette richesse, ca passe par une economie ouverte, une economie de marche, une economie mercantiliste. En cela elle est universelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s