Sakshat


Kapil Sibal, ministre Indien du développement des ressources humaines tenant le prototype de Sakshat

Sakshat : retenez bien ce mot car il va changer le monde ! Non ce n’est pas une blague.

En indi, il parait que ça veut dire « avant vos yeux. » Le 5 octobre prochain, va enfin voir la sortie de la fameuse tablette à 35 USD pour les enfants indiens. Non, je ne me suis pas trompé, c’est bien 35 USD (surement après une petite subvention de l’état indien) mais quand même 75.000 ariary ! (source) Moins cher qu’un téléphone mobile double puces, 15 litres d’essence !

Les plus  sceptiques vont me dire « et alors »? Et alors pour le prix d’un téléphone portable les enfants vont pouvoir disposer d’un ordinateur dans les mains. J’ai posté au début de l’année un sujet dessus Time for change, où les tous les enfants du monde entier pourraient, grâce à la technologie, avoir les mêmes outils pour apprendre. Ce qui est déjà fantastique. Mais aujourd’hui la technologie permet aux enfants d’être dans la même classe virtuelle. Et cela dès les plus ages jusqu’aux études les plus approfondies!

Aujourd’hui le gamin d’Andranomanalina, même avec un sakshat dans les doigts ne pourrait pas avoir les profs de Louis le Grand mais il n’y a plus que 2 maillons qui manquent à la chaîne :
– qu’il puisse accéder à internet avec son sakshat,
– que les meilleurs cours sur internet soient créés et disponibles en malgache.

Maintenant imaginez qu’un dirigeant de la nation décide de faire voter une loi comme quoi, tout bâtiment scolaire doit disposer en plus des facilités habituelles, d’une liaison internet haut débit, accessible pour tous les élèves.  Un peu comme, l’électricité ou l’eau.

En suite on engage les meilleurs formateurs au monde et on implique tous les chercheurs malgaches concernés par l’éducation pour former nos instits et profs pour qu’ils deviennent les meilleurs éducateurs en ligne qui n’ait jamais existé sur terre. Pour maintenir l’intérêt pour la fonction, il faut aussi faire en sorte qu’il soit viable d’être instit ou prof. Toute une discussion sur le sujet donc je n’avance pas de prix pour le moment je dis simplement que si les instits étaient bien payés, au moins nos écoles publiques serviraient à autre chose qu’à garder des futurs chômeurs pendant leur jeunesse.

Reste donc le financement de tout cela. Plusieurs pistes :
– Faire participer les employeurs au financement des études des enfants des employés;
– Taxer un peu plus les pollueurs (pétroliers, tabatiers, vendeurs d’alcool, …) pour créer un pactole rien que pour l’éducation.
– Obliger les écoles en lignes payantes d’avoir gratuitement au moins X% (par exemple 20) de ses élèves, en provenance des zones rurales.
– Déduire les frais de scolarité des enfants des impôts à payer par les parents,
– Subventionner l’enseignement public,
– ou bien salarier à vie comme un ministre celui qui trouve la solution effective pour que l’enseignement soit accessible équitablement à tous les enfants malgaches.

C’est certainement un grand chantier pour toute la nation, un vrai défi intellectuel. Mais une chose est certaine : il s’agit là d’une opportunité comme on en a jamais eu pour rendre la nation plus équitable.

Galerie | Cet article, publié dans Techno, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s