Pas si sapiens que ça l’homo


Un de mes sujets de prédilection sur ce blog est d’essayer de comprendre comment on peut faire avancer notre pays pour que le bonheur s’y développe. Vous remarqueriez que je n’ai pas parlé de « développement économique »  mais celui du bonheur, car bien que l’existence de corrélation entre les deux sujets soit indéniable, je suis convaincu qu’il s’agit là de deux sujet complètement différents.

Donc, dans cette démarche, une question parmi tant d’autres consiste à se demander pourquoi on perpétue les mêmes pratiques et les mêmes erreurs surtout quand l’histoire à démontrer que ça ne marchait pas.

Ça fait 50 ans que le mode de gouvernance et de succession au pouvoir à Madagascar (et dans la plupart des pays africains) ne marchent pas, et malgré toutes les têtes pensantes nationales et les éminences grises des institutions internationales et bilatérales, on ne sait toujours pas répondre à une question aussi primaire.

Le Japon, le seul pays au monde à s’être fait nettoyer à l’atome et une des régions les plus sismiques au monde, trouve encore intelligent de mettre des réacteurs nucléaires partout sur son pays.

Le système financier mondial est un système vicié par la cupidité humaine, et les cracks deviennent de plus en plus violents et de plus en plus dévastateurs, mais on adosse quand même le financement de l’économie mondiale à ce pilier pourri.

Le pétrole a atteint son pic, c’est à dire que les réserves mondiales ont été consommées au-delà de la moitié, et par projection on sait qu’elles ne vont pas finir le siècle, mais on continue à faire comme si de rien n’était sans essayer de développer les solutions alternatives, qui existent pourtant.

Et on pourra continuer ainsi infiniment la liste des bêtises humaines, seule la place manquera tellement elle est longue. Il y a vingt ans de cela Jean François Revel appelait cela la connaissance inutile. Il prétendait dans son ouvrage que cela était du essentiellement à la faculté de ceux qui détiennent les informations à les tordre à leur avantage. Je trouvais sa thèse pertinente à l’époque, mais sur les cas que j’ai cités précédemment, les infos sont vérifiées, confirmées, diffusées au su et au vu de tous, donc il n’y a rien à cacher ni à tordre. Et pourtant on continue à se fracasser la tête contre le mur.

En fait je pense que l’homme n’est pas ce qu’il prétend être; il n’est sapiens que dans une situation exceptionnelle et bien déterminée : quand le choix à faire ne l’implique pas personnellement, qu’il dispose du temps nécessaire pour réfléchir et surtout quand il n’est pas sous pression, autrement dit jamais pour des décideurs.

Dès que des paramètres financiers rentre en jeu : le décideur redevient un personnage cupide et vénal. Quand sa personne est en jeu, il devient l’être le plus égoïste sur terre. Quand l’arbitrage doit considérer l’espace temps : il devient aussi visionnaire que le sifaka d’Ankarafantsika, et ne voit que le bout de son nez. Et quand la pression augmente, il retrouve 9/10 ses réflexes de primate, en utilisant la force et la violence comme solution.

Autrement dit : l’homme qui détient le pouvoir de diriger ne doit jamais décider, et inversement, car on réunit dans cette situation toutes les conditions pour que le prétentieux homo sapiens devienne l’idiot parfait : tenté par la vénalité, agressivement primaire et sans aucune capacité de recul pour rester objectif.

Zo RAR

Galerie | Cet article, publié dans Socios, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pas si sapiens que ça l’homo

  1. rovahiga dit :

    Et voilà l’homme, bien défini dans votre article. Si la connaissance lui est inutile, le contraire pourrait lui faire plus de mal. Comment le changer? Par quel bout le prendre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s