Road map vers la prochaine crise


Au risque de me répéter, je réitère que cette feuille de route ne s’attaque qu’à la problématique des acteurs politiques. Elle le fait assez correctement mais elle ne fait que cela! Or il existe une raison profonde et constante à toutes les crises qui se sont succédées : le sentiment d’iniquité de la population envers les richesses qui se créent ou qui s’affichent. Mais, étant donné la constitution qui a été votée, qui donne encore les pleins pouvoirs au prochain « monarque », si on s’en tient à la philosophie de résolution de crise proposée par cette feuille « déroute », il faut se préparer à une prochaine crise plus forte et encore plus rapprochée. En effet, 50 ans d’indépendance ont démontré que l’iniquité a une source implacable : le fantasme du pouvoir fort exercé par un souverain illuminé par la sagesse. Ce n’est même pas une prédiction mais la conclusion d’une évidence factuelle et malheureusement infaillible jusqu’à ce jour.

Pour apporter une argumentation supplémentaire à mes craintes, dans le document Agenda de relance économique de la BM Juin 2010 le lead economist de la BM dit ceci : « L’amélioration de la gouvernance se doit d’être la priorité des décideurs politiques malgaches… Elle doit se montrer suffisamment ambitieuse pour provoquer le changement et la mise en place de mécanismes endogènes de motivation, de responsabilisation et de contrôles. L’argument développé dans cet ouvrage consiste en l’idée que ce changement doit passer par une action conjointe sur les institutions et sur la redevabilité sociale, de manière à exercer une pression simultanée du haut vers le bas et du bas vers le haut. Le renforcement des institutions (cf. Note sur la gouvernance) doit prendre en compte les trois objectifs suivants : la déconcentration du pouvoir politique et financier (de jure et de facto) car elle favorise la minimisation des ententes entre les décideurs politiques et l’élite financière, souvent au détriment de la majorité de la population ; l’optimisation de l’utilisation des ressources naturelles et de l’aide officielle qui constituent les deux sources principales de richesses et de financement à Madagascar ; et la mise en place de garde-fous à la corruption à travers des mécanismes participatifs et de contrôles sur plusieurs niveaux ; à la fois au sein des institutions de l’Etat, de la société civile et des médias ; et des partenaires au développement (bailleurs et ONG). »
Bien sur nous ne sommes pas des anges, mais si on veut vraiment faire avancer le pays, il faut évoquer dans cette feuille de route l’entame de la problématique de l’iniquité, ne serait-ce que pour faire passer la pilule de la énième « amnistie des voleurs. » Car ne nous y trompons pas, c’est ainsi que cette feuille de route est vue et lue par tout le monde, quoi que disent les protagonistes et parties prenantes à cette histoire.

Zo Razanamasy

Cliquez pour visiter 123madagascar, annuaire et moteur de recherché dédié à Madagascar

Galerie | Cet article, publié dans Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s